Toutes les beautés

La couverture du Women’s Running de août 2015, valorisant une femme très pulpeuse en train de courir, a suscité plusieurs réactions. L’une d’elles survient souvent à chaque fois que la société fait un pas en avant, et met en lumière la beauté d’une femme avec des formes :

Les femmes minces deviennent tout d’un coup un « tas d’os » et sont bannies du droit à se sentir belle.
Cette idée clive encore une fois les « minces » contre les « pulpeuses », dans une guerre qui détruit, au lieu de rassembler.

Toutes les femmes sont belles, les minces, les très minces, les rondes, et les très rondes.
Arrêtons cette guerre « mince contre ronde », car la beauté vient du cœur, et est très subjective.

Ce point de vue est parfois jugé idéaliste et utopique.
Pourtant, il existe autant de mondes différents qu’il y a de personnes sur cette planète. En conséquence, il appartient à chacun de créer son monde.
J’ai créé le mien beau et rempli de gens bienveillants, qui font attention les uns aux autres, et souhaitent la réussite de chacun. Mon monde n’est pas une utopie et il est bien réel.

Quand je lis « les os je les laisse aux chiens », je me sens personnellement blessée, pour toutes mes sœurs les femmes, qui sont très minces, et en souffrent. Certaines sont malades et leur grande minceur est un symptôme de leur maladie, et elles ont aussi le droit de se trouver belles.

Ce qui est important c’est de lutter contre les injonctions de la beauté, de la minceur, de la jeunesse, de la performance, et de la consommation excessive qui en découle.

Ce qui est important, c’est que chacune se trouve belle, peu importe son poids, peu importe ce que les magazines et la société disent. Chacune a sa propre morphologie.
Certaines femmes seront toujours très minces et en souffrent aussi.

Mon cœur se serre autant quand j’entends une femme très mince se trouver moche, une femme ronde se trouver moche, une femme avec un poids « standard » se trouver moche….
Et quand j’entends une femme qui correspond exactement aux critères de beauté actuels, et qui elle aussi se trouve moche, là mon cœur pleure.

C’est le signe que se focaliser uniquement sur la beauté esthétique n’est pas la clé du bonheur et de l’estime de soi.

Je pense qu’aujourd’hui plus que jamais, il est important de se serrer les coudes, hommes et femmes, toutes morphologies confondues, et de réunir harmonieusement le travail du corps et de l’esprit.

La réalité commence par l’imagination d’un rêve, puis sa réalisation.
Le futur est fait de ce que nous faisons au présent, aujourd’hui, et cela commence par mettre de bonnes intentions dans nos pensées et dans nos actes.

Si aujourd’hui nous donnons du respect, de l’harmonie, et de la tolérance à toutes les beautés existantes, alors demain elles se révéleront à elles-mêmes et « toutes les beautés » deviendront la nouvelle norme.