L’esprit de la Montagne...

J’ai monté dans un grand bonheur les mille mètres de dénivelés du versant espagnol, abrupt, épineux et rocailleux du col de Lizuniaga. J’ai admiré les pottock – chevaux sauvages – la terre ocre et la mousse verte et bleue. J’ai ramassé les pierres comme le Petit Poucet qui trouve enfin son chemin. J’ai glissé dans les ronces et des randonneurs ont soigné le sang s’écoulant des zébrures rouges de ma peau. Je me suis assise sur la pierre chaude du Lion Roi. Accueillis la beauté et la paix qui s’offraient à mes yeux grand ouverts. Et l’esprit de la Montagne a murmuré en mon cœur : « Petite lumière Lucinda Loovida est prête à venir au...

Apprendre le lâcher-prise Juin12

Apprendre le lâcher-prise...

Je partage avec vous cette jolie histoire, propice à la méditation. « Une psychologue marchait vers le podium tout en enseignant la gestion du stress à une audience avertie. Comme elle souleva un verre d’eau, tout le monde s’attendit à la question du « verre à moitié vide ou à moitié plein ». Au lieu de cela, avec un sourire sur son visage, elle demanda: «Combien pèse ce verre d’eau? » Les réponses entendues variaient de 8 onces à 20 onces. Elle répondit : « Le poids absolu n’a pas d’importance. Cela dépend de combien de temps je le tiens. Si je le tiens pendant une minute, ce n’est pas un problème. Si je le tiens pendant une heure, j’aurai une douleur dans mon bras. Si je le tiens pendant une journée entière, mon bras se sentira engourdi et paralysé. Dans chaque cas, le poids du verre ne change pas, mais plus longtemps je le tiens, plus lourd, il devient. » Elle poursuivit : « Le stress et les inquiétudes dans la vie sont comme ce verre d’eau. Pensez-y pendant un moment et rien ne se passe. Pensez-y un peu plus longtemps et ils commencent à faire mal. Et si vous y pensez toute la journée, vous vous sentez paralysés – incapable de faire quoi que ce soit. » Pensez à déposer le verre. » Auteur inconnu Visuel : © Alan...