Mixité de l’avenir...

Il y a neuf mois je croquais dans une belle pomme rouge en me disant que je voulais tellement vivre, juste avant que des barrières en tôle de chantier, de 2m de haut et 6m de long ne s’effondrent là où je venais de marcher, à trois pas de moi. J’avais continué à avancer malgré le bruit, et cela m’a épargnée, et j’ai compris ce message intense qu’à partir de ce moment, j’entendrai beaucoup de bruits et que je devrai continuer à avancer. En état de stress intense, le cœur en tachycardie, je rejoignais Marie, une ostéopathe devenue amie. Après mon récit, elle m’a dit « Rosalie, j’adore travailler sur le cœur et les patients opérés du cœur, et j’ai écrit un mémoire de 300 pages sur un état de fréquence merveilleux : la cohérence cardiaque ». Et à ce moment-là, mon cœur a fait le deuxième bond intense de la journée, qui ne m’a plus quitté depuis, et qui s’est ouvert à une nouvelle vie. Le cœur dans toutes ses dimensions, et avec ses 40 000 neurones, est exactement ce qui manquait à ma philosophie de vie, et à mon concept que je commençais à peine à décider de construire suite à l’appel de mes élèves.   Le cœur au cœur du projet Ce concept je l’appelais pourtant déjà love fitness, avec cette idée de mettre de l’amour et de la bienveillance dans le renforcement de son corps et de son esprit. À partir du moment où j’ai choisis d’y mettre le cœur au cœur du projet, je l’ai appelé loovness’, avec deux « o », pour accentuer l’amour, et c’est comme les deux parties du cœur qui se connectent, comme le signe de l’infini, comme mon chiffre préféré et sa puissance, et comme le signe de la psychologie de Lacan,...

Ma louve Mai26

Ma louve

« Ma petite Louve », je ne dirai jamais plus ces mots. Avec qui irai-je au parc canin maintenant, m’asseoir sur un tronc de bois et te regarder danser ? Avec qui irai-je faire des câlins aux arbres, sans ton regard bienveillant de petite Sauvageonne ? Avec qui irai-je courir, moi qui rêvais de te voir grandir ? J’ai passé des heures à discuter avec des inconnus pour te montrer que le monde est beau, et que tu ne devais pas être si craintive ma Doudou. À te féliciter car tu te laissais approcher par des étrangers. Dimanche tu as accepté de te laisser caresser le museau, j’étais si fière de toi ! Tu fêtais tes sept mois hier et hier tu es partie dans la nuit. On ne saura jamais pourquoi. Mais ce que je sais, c’est que ta nature sauvage m’a beaucoup appris. Tu m’as appris à écouter mon instinct et ce qui est bon pour moi. Tu étais si rigolote à courir après les moucherons alors que dix chiens voulaient bien jouer en ta compagnie. Les moucherons avaient à tes yeux bien plus de valeur pour toi. Petite Effrontée, petite Liberté. Mais surtout, tu m’as appris ce que voulait dire apprivoiser un être que l’on aime. Patience, douceur, félicitations et te parler, beaucoup te parler. T’accueillir, ouvrir mon cœur, et te laisser venir à moi. Attendre que tu fasses le premier pas si tu le désirais. Accepter si tu t’en allais. Parce que je t’aimais. Et que parfois j’aurai voulu que l’on m’aime ainsi. Ma petite Louve, ton « anima », ton souffle et ton esprit coulent maintenant dans mon sang. Tu es la reine de la meute, la Guerrière et la Protectrice. Puisses-tu me Protéger et Protéger ma petite sœur ta maîtresse et ta...