Ouvrir des fenêtres Déc12

Ouvrir des fenêtres

Allez, c’est décidé, j’ouvre mon 7e blog et je vais m’envoler ! J’ai toujours parlé de ma vie. Et j’épuise mon entourage avec mes intérêts électifs, tandis que moi je me frustre à ne pas tout raconter, fêter, m’émouvoir en communauté. Ainsi je vais pétiller comme j’en ai envie, dans mes bulles hautes et basses. Ce sera un blog personnel, lifestyle, dans lequel je vais partager mes passions pour l’entrepreneuriat, comme les coulisses de Lalie’up, et de Loovida, ainsi que ma vision du fitness et du bien-être, à travers mes expériences personnelles. Je vais aussi témoigner des causes qui me tiennent à cœur, comme le féminisme, le droit des animaux dès que j’aurai trouvé sous quel angle positif en parler, plus récemment l’autisme, l’autisme asperger, et les personnes à haut potentiel ainsi que leurs richesses. Je vais aussi écrire tout ce qui me touche dans le développement personnel et la philosophie de vie, mes lectures, pensées, et rencontres de personnes incroyables et inspirantes que je rencontre. Et enfin, je vais buller et renouer avec mes premiers amours arty; j’envisage des partenariats pour créer de belles photos, de beaux visuels, pour mettre du pop et de la douceur partout partout. On m’a souvent demandé « à part ton travail, qu’est-ce que tu aimes faire ? », ou bien « tu vis parfois ? ». C’est toujours difficile de partager mon monde intérieur comme ça de but en blanc, surtout quand il est fait de sensations, d’images et d’émotions. C’est aussi un peu vexant quand je m’arrange pour créer une entreprise dans laquelle je me rémunérerai bientôt grâce à mes passions, en aidant beaucoup beaucoup de gens à aller mieux. Le plus délicat étant que bien entourée, je me sens parfois affreusement seule dans mon univers peuplé de drames et...

Tant qu’il y a de l’espoir, il y a de la vie Nov27

Tant qu’il y a de l’espoir, il y a de la vie...

Hier je discutais avec une sophrologue également en 3e année de psychologie, et qui a une cinquantaine d’années. Elle me disait : « C’est super que tu fasses tout ce travail sur toi à ton âge, tu gagnes du temps, cela va tellement te servir. Moi j’ai du attendre de me dire que je n’en pouvais plus et que si je continuais dans cette voix, j’allais mourir. Donc bravo à toi ! » Et j’entends tellement cela, de la part d’amis principalement trentenaires, quarantenaires, cinquantenaires, qui font ce travail. Mais aussi de la part de tous les thérapeutes que j’ai choisis comme guide pour m’éduquer et m’élever dans l’école de « devenir qui je suis ». Ces encouragements me touchent en profondeur, ils sont du baume au cœur. Ils me confirment dans ce cheminement personnel, et je choisis d’y aller chaque matin de ma vie. Mais je ne mérite pas d’honneurs ou de médaille. Car moi aussi je me suis dit cela, que je n’en pouvais plus, et que si l’on continuait à me forcer dans cette voie j’allais mourir. Je dis « on » car j’avais 11 ans, et j’étais tributaire de mes parents et des mes professeurs.   Cette crise est juste venue plus tôt. Le point de départ était la souffrance. Et le développement personnel était la réponse que j’ai trouvée pour survivre, et quelques années plus tard pour choisir de vivre. Il y a eu entre temps plusieurs étapes et électrochocs. Je me suis promis à ce moment-là de ne jamais oublier ce que cela faisait d’être un enfant et d’être ainsi par définition privée d’autonomie. J’avais la sensation brûlante et criante de ne pouvoir diriger mon libre-arbitre comme je l’entendais, de me taper contre des murs. Je ressentais des émotions très fortes, et très violentes....

L’arbre et le refuge Mai25

L’arbre et le refuge...

« Aimez les pauvres, ne les blâmez pas trop… rappelez-vous que les pauvres sont encore plus sensibles à votre comportement qu’à votre aide. » Sœur Rosalie Rendu. Décorée de la Croix de la Légion d’honneur par Napoléon III Cette femme a été mon premier modèle humain, mes parents m’ont donné son nom car ils aimaient cette personne, et j’ai passé mon enfance à lire son histoire et rêver de faire le même métier qu’elle. Puis j’ai abandonné l’idée car j’aimais trop la créativité et l’expression de la Mode et ses couleurs, et souhaitais être amoureuse ! Mes parents m’ont rassurée un jour : je pouvais aider les gens plus tard sans être bonne sœur ! Joie dans mon cœur. Puis je me suis perdue, ai découvert la dépression et la mort de l’âme à onze ans, les livres de psychologie, de nombreuses renaissances et me voilà aujourd’hui diplômée d’Etat d’éducateur sportif. Éducateur sportif ? Le fitness permet de se reconnecter à son corps, pour vivre. Je vis, et je souhaite aider les gens à vivre. Je pensais la boucle bouclée. C’était sans compter la promesse que j’avais faite aux pauvres et à la modèle de mon enfance. Promesse qui se réveille dans mes lectures, musiques, rencontres et expériences de la vie. Une quête de vision s’est enclenchée malgré moi et me voilà emplie de réponses. Et de questions. ♡♡♡ Qui sont les pauvres aujourd’hui ? Je vois des pauvres partout. Des carencés de l’amour, de l’amour de soi et de l’amour des autres. Des carencés de tendresse et de douceur, de respect de soi et du respect des autres. Des carencés de la bienveillance, du non-jugement et du partage. Des carencés qui ne demandent qu’à libérer leur parole, et être entendus et accueillis dans leur vulnérabilité...

Adidas by Stella McCartney, une marque vegan Août25

Adidas by Stella McCartney, une marque vegan...

Connaissez-vous la marque Adidas by Stella McCartney ? Et bien moi j’adore ! C’est super classe, et cette année il y a plein de couleurs et d’imprimés sympas. En plus, la marque de Stella est vegan ! Végétarienne, elle n’utilise ni cuir ni fourrure dans ses créations. Pas non plus de soie, laine, ni autres dérivés qui proviennent de l’exploitation animale. Sa maman Linda McCartney est militante pour le droit des animaux, c’est dans la suite logique que Stella soutient PETA....