Et quelque part tu cours

J’avais dix-sept ans et ce drame a suspendu ma vie. J’ai pris un virage à 450º comme le tambour de mon essoreuse, et décidé de redonner du corps à la vie, au-travers du fitness.
C’est une histoire triste dont je parle peu, mais ce poème, c’est mon histoire.
Amour.

♡♡♡

Le soleil, le ciel bleu, c’est le printemps déjà
Le vide autour de moi, toi tu n’es pas là
Sous le pont d’Austerlitz ton âme a disparu
On m’a dit t’es parti, ton vélo est resté.

J’y crois pas tu es là, quelque part; vous mentez !
On va te retrouver, attends que le samu
Arrive et te sauve, l’amour est plus fort que tout.
Au-delà de la mort, il est là pour la vie

Pour exister encore, et surmonter le bout
De chemin qui est dur; viens là je suis ici
Dans mes bras tu peux rester, à condition que

Plus jamais tu m’énerves, écoute-moi toujours
Quand je parle c’est que j’ai dans le cœur de l’amour
J’y crois pas tu es là, et quelque part tu cours.

 

DR – avril 2007

Photo Stephen Tamiesie