Mixité de l’avenir...

Il y a neuf mois je croquais dans une belle pomme rouge en me disant que je voulais tellement vivre, juste avant que des barrières en tôle de chantier, de 2m de haut et 6m de long ne s’effondrent là où je venais de marcher, à trois pas de moi. J’avais continué à avancer malgré le bruit, et cela m’a épargnée, et j’ai compris ce message intense qu’à partir de ce moment, j’entendrai beaucoup de bruits et que je devrai continuer à avancer. En état de stress intense, le cœur en tachycardie, je rejoignais Marie, une ostéopathe devenue amie. Après mon récit, elle m’a dit « Rosalie, j’adore travailler sur le cœur et les patients opérés du cœur, et j’ai écrit un mémoire de 300 pages sur un état de fréquence merveilleux : la cohérence cardiaque ». Et à ce moment-là, mon cœur a fait le deuxième bond intense de la journée, qui ne m’a plus quitté depuis, et qui s’est ouvert à une nouvelle vie. Le cœur dans toutes ses dimensions, et avec ses 40 000 neurones, est exactement ce qui manquait à ma philosophie de vie, et à mon concept que je commençais à peine à décider de construire suite à l’appel de mes élèves.   Le cœur au cœur du projet Ce concept je l’appelais pourtant déjà love fitness, avec cette idée de mettre de l’amour et de la bienveillance dans le renforcement de son corps et de son esprit. À partir du moment où j’ai choisis d’y mettre le cœur au cœur du projet, je l’ai appelé loovness’, avec deux « o », pour accentuer l’amour, et c’est comme les deux parties du cœur qui se connectent, comme le signe de l’infini, comme mon chiffre préféré et sa puissance, et comme le signe de la psychologie de Lacan,...

Pousse la porte et prends ma main...

Pour écrire les statuts de ma société Lalie’up, mon expert-comptable me demande de lister toutes les activités que je souhaite développer. Je lui réponds alors : « Génial, je vais te donner tous mes projets à 10 ans ! », il me dit que ce n’est pas la peine, à 2 ou 3 ans c’est déjà bien, et pas 3 pages de word…! Ah, comment faire, en plus les données changent tous les jours, car tous les jours je rencontre de nouvelles personnes qui apportent des éléments complémentaires qui me font partir à 90°, puis à 30°, et retour à 90° dans l’autre sens. Avec le sentiment que c’est toujours plus juste, plus fin, plus fort. La vision et l’objectif sont les mêmes, c’est « juste » la mise en oeuvre qui change. Dans un an on devra créer d’autres statuts alors ? Les verbes sont « organiser (4 fois), créer (3 fois), ouvrir (3 fois), aider (3 fois), partager, réaliser, accompagner, écrire, bloguer, interviewer, former, rechercher et développer, stimuler, rêver, valoriser, animer, accueillir, écouter, recommander, reconnecter ». L’animation de « cours fitness postural, de pilates, de yoga, auprès d’adultes, d’ados, d’enfants, avec ou sans spécificité comme l’autisme » arrive à la dernière ligne, la ligne 20. A 20 ans, je recherchais un métier pour avoir de l’argent pour réaliser tous mes rêves. Le fitness me semblait un super job alimentaire. Et puis j’y ai découvert tellement de choses en accord avec ma personnalité, je m’y suis épanouie et j’ai voulu y rester quand j’ai vu que je pouvais connecter le fitness avec le développement personnel. En écrivant la ligne 20, je me suis pourtant dit, mince, que se passe t’il, pourquoi l’animation de cours fitness arrive t’elle si tard, je vais me reconnecter à mon cœur pour savoir ce qu’il veut....

Donnez-moi une heure

Je relis mes trois pages de notes pour mon partage de demain matin sur « Comment s’autoriser à rêver grand » en une vingtaine de minutes, avec un public de créateurs, d’entrepreneurs et d’écrivains. Et je réécris trois pages supplémentaires en storytelling, en racontant quatre histoires qui chacune illustrent les trois réponses importantes à la question selon moi. Puis, je fouille dans mes archives, et rajoute deux pages de références (extrait de livre, un texte personnel…). Je m’apprêtais à ce moment, à développer une liste des 13 points orientés solution. Et là je me dis, que ce n’est peut-être pas la peine. Ou alors donnez-moi une heure. Ou alors donnez-moi un éditeur. Ou alors donnez-moi les coordonnées de TedX, parce que comme le sujet est de s’autoriser à rêver en grand alors, je dois montrer l’exemple et être irréprochable question big dream. Et puis, j’ai fixé un rendez-vous avec eux en septembre 2016, et comme dans quinze jours on est en 2016, c’est peut-être le moment de descendre de mon rêve et de voir comment le réaliser, non ? Et puis aussi leur dire qu’on a rendez-vous ensemble. Enfin, j’sais pas, c’est mon cœur qui me dit « il n’y a que toi qui peut savoir si c’est réalisable ». Et pour cela je dois impulser une dynamique. C’est mon cœur, c’est pas moi. J’vous jure.   photo : Gregory...

Ouvrir ce nouveau livre...

Ça s’affaire, ça s’affaire ! Préparation, briefing avec mon équipe et chacun de mes responsables d’équipe, pour la première réunion d’affaires du nouveau mandat ce jeudi. Chacun est motivé dans ses fonctions. Je ressens une énergie de folie, un soutien énorme de la part de mes co-membres. Une stimulation puissante avec les Présidentes d’autres groupes, elles démarrent aussi cette semaine. Depuis quelques jours on me demande « tu n’es pas trop stressée? ». Alors je ne veux plus entendre cette question car je vais finir par le devenir. J’ai HATE de démarrer, d’annoncer les objectifs, de les voir se réaliser semaines après semaines. De voir le groupe et chacun des membres augmenter son CA de manière exponentielle. De voir ce dont je suis capable en tant que Présidente. De voir jusqu’où nous pouvons continuer, et aller ensemble avec cette nouvelle équipe. J’adore ce que je ressens en moi, c’est puissant. C’est un challenge. Je n’ai pas la maîtrise de beaucoup de choses, je vais faire des erreurs. Mais je crois en mon équipe pour viser le cap et redresser la barre avant la moindre vague. Je continue de méditer sur le lâcher-prise, pour quand je ne pourrai interférer sur les éléments extérieurs. Accepter de ne pas être parfaite. Accueillir chaque difficulté et chaque frustration comme un cadeau merveilleux pour me dépasser et devenir la personne que je rêve de rencontrer. Pour l’heure, j’ai hâte de découvrir la version 26 de moi-même, d’ouvrir ce nouveau livre, et d’inaugurer cette nouvelle bibliothèque dans ce nouveau Palace dans ce nouveau pays. Dans ce nouveau monde. J’ai peur oui. Mais l’envie, la vie, me convie à cette nouvelle réussite et je souhaite répondre présente à cette invitation. Et tandis que j’écris, mon cœur bat, aligné avec mon corps et avec...

Elle connaît le chemin...

« Jusqu’à ce qu’on se soit engagé, on a toujours la possibilité de faire marche arrière sans que cela ait d’incidence. Il y a une vérité toute simple, qui s’applique à tout acte d’initiative (et de création), dont l’ignorance détruit d’innombrables idées et de superbes projets : c’est au moment où l’on s’engage définitivement que la providence se met elle aussi en mouvement. Toutes sortes de choses, qui dans d’autres circonstances ne se seraient pas produites, se produisent alors pour nous aider. Un flot d’événements naissent de la décision, mettant en place, en notre faveur, différents incidents inattendus, des rencontres et une aide matérielle qu’aucun homme n’aurait pu imaginer trouver sur son chemin. Quoique vous puissiez faire ou rêviez de faire, commencez ! L’audace a du génie, de la magie et de la puissance en elle. Commencez dès maintenant ! » Goethe Je suis prête à accueillir l’aide, la puissance, la paix, la joie, l’harmonie et la richesse personnelle et intérieure pour marcher dans l’accomplissement de mon projet. Hier j’ai demandé à la pleine lune de me montrer le bon chemin, le sable a accueilli mes pas et mes rêves, et les vagues ont murmuré en mon cœur de faire corps avec elles. Aujourd’hui est le dernier jour où je peux tout arrêter gentiment sans que cela fasse la moindre vague. Et j’ai décidé de marcher dans la lumière qui brûle en mon cœur. Elle connait le...

L’esprit de la Montagne...

J’ai monté dans un grand bonheur les mille mètres de dénivelés du versant espagnol, abrupt, épineux et rocailleux du col de Lizuniaga. J’ai admiré les pottock – chevaux sauvages – la terre ocre et la mousse verte et bleue. J’ai ramassé les pierres comme le Petit Poucet qui trouve enfin son chemin. J’ai glissé dans les ronces et des randonneurs ont soigné le sang s’écoulant des zébrures rouges de ma peau. Je me suis assise sur la pierre chaude du Lion Roi. Accueillis la beauté et la paix qui s’offraient à mes yeux grand ouverts. Et l’esprit de la Montagne a murmuré en mon cœur : « Petite lumière Lucinda Loovida est prête à venir au...