Ma peur hurlera Jan09

Ma peur hurlera

Une pensée. Qui vient. Et revient. Et mon regard je détourne. Je focalise mon attention sur le beau. Au bout de dix fois elle me demande si elle peut s’exprimer avant de s’en aller. Et je lui dis d’accord, vas-y, tu en meurs d’envie. Et pendant qu’elle parle à travers mes lèvres Je ressens l’angoisse envahir ma plèvre. Je la regarde en colère : – Madame la Peur, je t’avais dit que je ne voulais plus de toi dans ma vie ! – Oui mais tu dois absolument m’écouter car j’ai des craintes très importantes à te donner ! Et elle me prend toute ma parole, tout mon corps, toute mon âme. Maintenant mon cœur est serré. J’ai envie de vomir la Dame. Et ça gangrène chacun de mes membres bandés. Ma vie défile sous mes yeux englués. Je lui demande d’arrêter de parler : – Regarde le beau, le merveilleux, le factuel ! L’instant présent ! Je suis avec ma petite sœur que j’aime, je discute plaisamment avec elle. Et toi tu arrives avec tes gros sabots de dentelle. Je ne veux plus entendre tes histoires et tes tourments. Tu ne m’as jamais aidée Le pire tu ne m’as jamais évité Madame la Peur, tu n’étais pas là Quand la brûlure de mon âme j’ai vécu ici bas. – Oui mais j’étais là quand… et tu vois j’avais raison parce que… – Tais-toi. Tais-toi parce que quand tu t’imprimes dans chacune de mes cellules, dans chacun de mes os Tu prends les commandes de mon âme, tu prends les commandes de mon corps en lambeaux. Tu es une envahisseuse, ma Peur Les attitudes tu as, pour attirer le malheur Tu pues la mort, ma Peur Les vautours se déploient sur toi et sur...

L’amour émane de l’intérieur Jan06

L’amour émane de l’intérieur...

A ce moment-là, ils m’aimaient. J’ai compris que tout ce que je recherchais depuis ma naissance provenait en fait de moi et non d’eux. Leur amour pour moi provenait de mon cœur. C’était ma réalité. C’était donc ma vérité. Ils m’aimaient.   Plutôt que de plier sous les croyances habituelles et dysfonctionnelles de mon mental – le rejet et l’abandon – mon âme venait de créer une croyance d’amour. J’étais en pleine conscience sur mon corps tourmenté par mes émotions, je l’observais, je l’accueillais, et je lui demandais ce qu’il voulait me dire depuis plusieurs heures. Mon cœur était tordu comme un shibari de nœuds coulants. Plus j’essayais de diriger mes pensées afin de m’échapper de la situation qui me causait cet étranglement, plus les cordes se resserraient. Je courais après leur amour depuis neuf ans. Alors que leur amour se cachait en mon cœur, et ne pouvait provenir que de lui. Créer une croyance d’amour était en fait aussi simple qu’une visualisation sautant de mon intérieur et prenant vie sous mes paupières fermées. Ils étaient debout et droits devant moi, me tenaient les deux mains, dessinant deux anneaux réunis et ouverts l’un à l’autre; et ils me disaient les yeux dans les yeux : « Je t’aime Rosalie ». Cela me paraissait maintenant si facile.   J’ai choisis d’y croire. Le revers de ma main a essuyé ma dernière larme de souffrance comme un soulagement intense, et ressentis mon cœur s’ouvrir abondamment, se dénouant et coulant chaud dans tout mon corps. Une grande joie et paix m’ont envahie. Avec ce sentiment de vivre ce qui était juste. Mon ventre a soudain crié famine. Je n’avais pas mangé depuis 48h. Envahie par mes émotions, mon corps avait fait grève pour la fin. J’ai ré-ouvert les yeux,...

Mixité de l’avenir...

Il y a neuf mois je croquais dans une belle pomme rouge en me disant que je voulais tellement vivre, juste avant que des barrières en tôle de chantier, de 2m de haut et 6m de long ne s’effondrent là où je venais de marcher, à trois pas de moi. J’avais continué à avancer malgré le bruit, et cela m’a épargnée, et j’ai compris ce message intense qu’à partir de ce moment, j’entendrai beaucoup de bruits et que je devrai continuer à avancer. En état de stress intense, le cœur en tachycardie, je rejoignais Marie, une ostéopathe devenue amie. Après mon récit, elle m’a dit « Rosalie, j’adore travailler sur le cœur et les patients opérés du cœur, et j’ai écrit un mémoire de 300 pages sur un état de fréquence merveilleux : la cohérence cardiaque ». Et à ce moment-là, mon cœur a fait le deuxième bond intense de la journée, qui ne m’a plus quitté depuis, et qui s’est ouvert à une nouvelle vie. Le cœur dans toutes ses dimensions, et avec ses 40 000 neurones, est exactement ce qui manquait à ma philosophie de vie, et à mon concept que je commençais à peine à décider de construire suite à l’appel de mes élèves.   Le cœur au cœur du projet Ce concept je l’appelais pourtant déjà love fitness, avec cette idée de mettre de l’amour et de la bienveillance dans le renforcement de son corps et de son esprit. À partir du moment où j’ai choisis d’y mettre le cœur au cœur du projet, je l’ai appelé loovness’, avec deux « o », pour accentuer l’amour, et c’est comme les deux parties du cœur qui se connectent, comme le signe de l’infini, comme mon chiffre préféré et sa puissance, et comme le signe de la psychologie de Lacan,...

Pousse la porte et prends ma main...

Pour écrire les statuts de ma société Lalie’up, mon expert-comptable me demande de lister toutes les activités que je souhaite développer. Je lui réponds alors : « Génial, je vais te donner tous mes projets à 10 ans ! », il me dit que ce n’est pas la peine, à 2 ou 3 ans c’est déjà bien, et pas 3 pages de word…! Ah, comment faire, en plus les données changent tous les jours, car tous les jours je rencontre de nouvelles personnes qui apportent des éléments complémentaires qui me font partir à 90°, puis à 30°, et retour à 90° dans l’autre sens. Avec le sentiment que c’est toujours plus juste, plus fin, plus fort. La vision et l’objectif sont les mêmes, c’est « juste » la mise en oeuvre qui change. Dans un an on devra créer d’autres statuts alors ? Les verbes sont « organiser (4 fois), créer (3 fois), ouvrir (3 fois), aider (3 fois), partager, réaliser, accompagner, écrire, bloguer, interviewer, former, rechercher et développer, stimuler, rêver, valoriser, animer, accueillir, écouter, recommander, reconnecter ». L’animation de « cours fitness postural, de pilates, de yoga, auprès d’adultes, d’ados, d’enfants, avec ou sans spécificité comme l’autisme » arrive à la dernière ligne, la ligne 20. A 20 ans, je recherchais un métier pour avoir de l’argent pour réaliser tous mes rêves. Le fitness me semblait un super job alimentaire. Et puis j’y ai découvert tellement de choses en accord avec ma personnalité, je m’y suis épanouie et j’ai voulu y rester quand j’ai vu que je pouvais connecter le fitness avec le développement personnel. En écrivant la ligne 20, je me suis pourtant dit, mince, que se passe t’il, pourquoi l’animation de cours fitness arrive t’elle si tard, je vais me reconnecter à mon cœur pour savoir ce qu’il veut....

Donnez-moi une heure

Je relis mes trois pages de notes pour mon partage de demain matin sur « Comment s’autoriser à rêver grand » en une vingtaine de minutes, avec un public de créateurs, d’entrepreneurs et d’écrivains. Et je réécris trois pages supplémentaires en storytelling, en racontant quatre histoires qui chacune illustrent les trois réponses importantes à la question selon moi. Puis, je fouille dans mes archives, et rajoute deux pages de références (extrait de livre, un texte personnel…). Je m’apprêtais à ce moment, à développer une liste des 13 points orientés solution. Et là je me dis, que ce n’est peut-être pas la peine. Ou alors donnez-moi une heure. Ou alors donnez-moi un éditeur. Ou alors donnez-moi les coordonnées de TedX, parce que comme le sujet est de s’autoriser à rêver en grand alors, je dois montrer l’exemple et être irréprochable question big dream. Et puis, j’ai fixé un rendez-vous avec eux en septembre 2016, et comme dans quinze jours on est en 2016, c’est peut-être le moment de descendre de mon rêve et de voir comment le réaliser, non ? Et puis aussi leur dire qu’on a rendez-vous ensemble. Enfin, j’sais pas, c’est mon cœur qui me dit « il n’y a que toi qui peut savoir si c’est réalisable ». Et pour cela je dois impulser une dynamique. C’est mon cœur, c’est pas moi. J’vous jure.   photo : Gregory...