L’arbre et le refuge

« Aimez les pauvres, ne les blâmez pas trop… rappelez-vous que les pauvres sont encore plus sensibles à votre comportement qu’à votre aide. »
Sœur Rosalie Rendu. Décorée de la Croix de la Légion d’honneur par Napoléon III


Cette femme a été mon premier modèle humain, mes parents m’ont donné son nom car ils aimaient cette personne, et j’ai passé mon enfance à lire son histoire et rêver de faire le même métier qu’elle.
Puis j’ai abandonné l’idée car j’aimais trop la créativité et l’expression de la Mode et ses couleurs, et souhaitais être amoureuse !

Mes parents m’ont rassurée un jour : je pouvais aider les gens plus tard sans être bonne sœur ! Joie dans mon cœur.
Puis je me suis perdue, ai découvert la dépression et la mort de l’âme à onze ans, les livres de psychologie, de nombreuses renaissances et me voilà aujourd’hui diplômée d’Etat d’éducateur sportif.

Éducateur sportif ?
Le fitness permet de se reconnecter à son corps, pour vivre.
Je vis, et je souhaite aider les gens à vivre.
Je pensais la boucle bouclée.

C’était sans compter la promesse que j’avais faite aux pauvres et à la modèle de mon enfance.
Promesse qui se réveille dans mes lectures, musiques, rencontres et expériences de la vie.
Une quête de vision s’est enclenchée malgré moi et me voilà emplie de réponses. Et de questions.

♡♡♡

Qui sont les pauvres aujourd’hui ?
Je vois des pauvres partout.
Des carencés de l’amour, de l’amour de soi et de l’amour des autres.
Des carencés de tendresse et de douceur, de respect de soi et du respect des autres.
Des carencés de la bienveillance, du non-jugement et du partage.

Des carencés qui ne demandent qu’à libérer leur parole, et être entendus et accueillis dans leur vulnérabilité et leur puissance enterrée.

« Ils ont essayé de nous enterrer, mais ils ne savaient pas que nous étions des graine » nous enseigne un proverbe mexicain.

La graine a besoin de mourir pour révéler sa puissance et renaître en arbre.
L’arbre devient un refuge pour les oiseaux du ciel, et un toit pour les animaux de la terre.
Il permet de nourrir et d’assurer la protection de diverses espèces vivantes.
Il produit de l’oxygène et purifie l’air grâce à son feuillage, régénère et nourrit les sols épuisés grâce à ses racines.
Il hydrate les sols en déclenchant les pluies et en les stockant.
L’arbre permet la biodiversité, c’est à dire la diversité naturelle des organismes vivants.
Il a un rôle majeur dans la vie sur terre car il connecte les éléments entre eux !

L’arbre permet de respirer, nourrir, hydrater, abriter. L’arbre permet de vivre.

Je rêve de renaître en arbre humain, accueillir les carencés de l’amour, permettre les échanges de la biodiversité humaine, tous statuts sociaux, opinions politiques et religieuses confondus.
Que chacun se nourrisse de la rencontre de l’autre.

Je suis une carencée, une pauvre, je fais partie de ce cercle de vie, au milieu de chacun des éléments, ni au-dessus, ni en-dessous, je suis « avec ».
Et c’est parce que je suis « avec » que je veux que nous portions le monde, ensemble.
Car je suis une idéaliste et une humaniste.
J’ai un projet.
Je souhaite créer un écosystème humain. Planter des petites graines. Libérer la parole et libérer la puissance en chacun de nous.
Revivre et ressusciter.

Faire battre nos cœurs et vivre dans notre « anima », vivre dans notre sang qui parcours notre corps vivant.

Si, comme le dit la modèle de mon enfance, les pauvres sont plus sensibles à notre savoir-être qu’à notre savoir-faire,
Alors,
Incarnons ce savoir-être,
Et peut-être,
Changerons-nous ensemble le monde ?

« Heureux les fêlés, car ils laisseront passer la lumière ». – Michel Audiard