Ma louve Mai26

Ma louve

« Ma petite Louve », je ne dirai jamais plus ces mots. Avec qui irai-je au parc canin maintenant, m’asseoir sur un tronc de bois et te regarder danser ? Avec qui irai-je faire des câlins aux arbres, sans ton regard bienveillant de petite Sauvageonne ? Avec qui irai-je courir, moi qui rêvais de te voir grandir ? J’ai passé des heures à discuter avec des inconnus pour te montrer que le monde est beau, et que tu ne devais pas être si craintive ma Doudou. À te féliciter car tu te laissais approcher par des étrangers. Dimanche tu as accepté de te laisser caresser le museau, j’étais si fière de toi ! Tu fêtais tes sept mois hier et hier tu es partie dans la nuit. On ne saura jamais pourquoi. Mais ce que je sais, c’est que ta nature sauvage m’a beaucoup appris. Tu m’as appris à écouter mon instinct et ce qui est bon pour moi. Tu étais si rigolote à courir après les moucherons alors que dix chiens voulaient bien jouer en ta compagnie. Les moucherons avaient à tes yeux bien plus de valeur pour toi. Petite Effrontée, petite Liberté. Mais surtout, tu m’as appris ce que voulait dire apprivoiser un être que l’on aime. Patience, douceur, félicitations et te parler, beaucoup te parler. T’accueillir, ouvrir mon cœur, et te laisser venir à moi. Attendre que tu fasses le premier pas si tu le désirais. Accepter si tu t’en allais. Parce que je t’aimais. Et que parfois j’aurai voulu que l’on m’aime ainsi. Ma petite Louve, ton « anima », ton souffle et ton esprit coulent maintenant dans mon sang. Tu es la reine de la meute, la Guerrière et la Protectrice. Puisses-tu me Protéger et Protéger ma petite sœur ta maîtresse et ta...

L’arbre et le refuge Mai25

L’arbre et le refuge...

« Aimez les pauvres, ne les blâmez pas trop… rappelez-vous que les pauvres sont encore plus sensibles à votre comportement qu’à votre aide. » Sœur Rosalie Rendu. Décorée de la Croix de la Légion d’honneur par Napoléon III Cette femme a été mon premier modèle humain, mes parents m’ont donné son nom car ils aimaient cette personne, et j’ai passé mon enfance à lire son histoire et rêver de faire le même métier qu’elle. Puis j’ai abandonné l’idée car j’aimais trop la créativité et l’expression de la Mode et ses couleurs, et souhaitais être amoureuse ! Mes parents m’ont rassurée un jour : je pouvais aider les gens plus tard sans être bonne sœur ! Joie dans mon cœur. Puis je me suis perdue, ai découvert la dépression et la mort de l’âme à onze ans, les livres de psychologie, de nombreuses renaissances et me voilà aujourd’hui diplômée d’Etat d’éducateur sportif. Éducateur sportif ? Le fitness permet de se reconnecter à son corps, pour vivre. Je vis, et je souhaite aider les gens à vivre. Je pensais la boucle bouclée. C’était sans compter la promesse que j’avais faite aux pauvres et à la modèle de mon enfance. Promesse qui se réveille dans mes lectures, musiques, rencontres et expériences de la vie. Une quête de vision s’est enclenchée malgré moi et me voilà emplie de réponses. Et de questions. ♡♡♡ Qui sont les pauvres aujourd’hui ? Je vois des pauvres partout. Des carencés de l’amour, de l’amour de soi et de l’amour des autres. Des carencés de tendresse et de douceur, de respect de soi et du respect des autres. Des carencés de la bienveillance, du non-jugement et du partage. Des carencés qui ne demandent qu’à libérer leur parole, et être entendus et accueillis dans leur vulnérabilité...

Et quelque part tu cours Mai21

Et quelque part tu cours...

J’avais dix-sept ans et ce drame a suspendu ma vie. J’ai pris un virage à 450º comme le tambour de mon essoreuse, et décidé de redonner du corps à la vie, au-travers du fitness. C’est une histoire triste dont je parle peu, mais ce poème, c’est mon histoire. Amour. ♡♡♡ Le soleil, le ciel bleu, c’est le printemps déjà Le vide autour de moi, toi tu n’es pas là Sous le pont d’Austerlitz ton âme a disparu On m’a dit t’es parti, ton vélo est resté. J’y crois pas tu es là, quelque part; vous mentez ! On va te retrouver, attends que le samu Arrive et te sauve, l’amour est plus fort que tout. Au-delà de la mort, il est là pour la vie Pour exister encore, et surmonter le bout De chemin qui est dur; viens là je suis ici Dans mes bras tu peux rester, à condition que Plus jamais tu m’énerves, écoute-moi toujours Quand je parle c’est que j’ai dans le cœur de l’amour J’y crois pas tu es là, et quelque part tu cours.   DR – avril 2007 Photo Stephen...

Renaissance Mai02

Renaissance

Il y a deux façons de mettre fin à sa vie. En se tuant psychiquement et physiquement. Ou en remplaçant les actes d’auto-destruction par des actes d’amour envers soi-même. Cela s’appelle la Renaissance. La transition est longue; l’adaptation, en dent de scie comme les battements de son cœur. Mais la force de l’amour est bien plus grande encore. Car le cœur bat, et l’âme...